0 Items

Massacres en Ituri : “Ce qui choque dans la situation actuelle, c’est le désintéressement” (Thomas Lubanga)

Written by APM Team

avril 20, 2021

Hier seigneur de guerres, aujourd’hui prédicateur de la paix. Thomas Lubanga, l’ancien Chef d’un groupe armé de rebellion et Président de l’Union des Patriotes Congolais et alliés (UPC) a exprimé, au cours d’un point de presse tenu ce mardi 20 avril 2021 à Kinshasa, son indignation suite à la recrudescence des massacres perpétrés dans la province de l’Ituri. “D’entrée de jeu, nous voudrions vous dire l’indignation, voire la colère de l’UPC suite aux massacres incessants auxquels la population de l’Ituri, plus particulièrement celle du territoire de Djugu et d’Irumu” fait face, a déclaré Thomas Lubanga. Qui l’eût cru ?

Cette indignation que le Président de l’UPC dit “générale”, s’adresse avant tout aux autorités du pays et ce, à tous les niveaux, à la communauté internationale, en passant par l’Union Africaine que la République Démocratique du Congo préside. “Cette indignation s’adresse également au Secrétaire Général des Nations Unies à travers sa représentante personnelle en RDC qui préside aux destinées de la MONUSCO dans notre pays ainsi qu’à tout le corps diplomatique accrédité (…), en particulier aux ambassadeurs et représentants des pays membres du Conseil de Sécurité”, fait-il savoir.

Rien que pour le mois d’avril, le bilan des attaques généralisées des miliciens CODECO ou encore des miliciens FPIC “Chini ya Kilima” dressé par Thomas Lubanga est sans appel. “Le bilan de ces massacres est très lourd. Les morts se comptent par centaines, plusieurs centaines même. Car, beaucoup de sites de massacres sont encore inaccessibles à cause de la présence des éléments CODECO”, déplore le reconverti.

Éxploitant le rapport de OCHA, Thomas Lubanga évoque la situation d’insécurité alimentaire dans laquelle se retouvent 2 883 241 personnes, occasionnée par ces violences. “Quant aux déplacés, ils se comptent par milliers”, regrette le Président Thomas Lubanga.

“Qu’il y ait des morts et des massacres en Ituri, ce n’est pas la première fois. Il y en a eu parfois plus. Mais, ce qui choque dans la situation actuelle, c’est le désintéressement, presque l’abandon de cette population entre les mains des assassins”, s’est-il plaint.

Cette situation qui prévaut actuellement en Ituri, le Président de l’UPC estime qu’honnêtement, tant au niveau national qu’international, personne ne peut prétendre ne pas être au courant.

Ses Recommandations

À cet effet, Thomas Lubanga a appelé à la fin de ce qu’il qualifie de génocide. “Sans déclarer la guerre à qui que ce soit, je voudrais inviter toutes les instances qui ont une parcelle d’autorité sur la situation de l’Ituri, à stopper ce génocide qui se commet au vu et au su de tous”, a-t-il recommandé.

Premièrement, aux regroupements politique et de la société civile participant ou non au Gouvernement de l’Union sacrée de la nation, Thomas Lubanga a indiqué la gravité de la situation qui, à l’entendre, appelle à se mobiliser de toute urgence afin de sauver ce qui peut l’être avant l’installation du chaos.

“Nous disons également avec gravité qu’il y a urgence à honorer la vie et l’humanité qui est en chacun, chacune de nous en portant promptement secours à ces personnes innocentes qui sont traquées comme des gibiers”, a-t-il soutenu.

Pour lui, “si hier l’Etat avait eu recourt à la force Artémis de l’Union Européenne, pourquoi cela n’est-il pas fait aujourd’hui dès lors que la MONUSCO, qui aurait pu jouer ce rôle ne le fait pas et que par ailleurs plusieurs voix se sont élevées notamment celle de l’église catholique pour le demander ?”, s’est-il interrogé. “Il en va de l’honorabilité de vos fonctions et du fondement même de vos mandats à savoir, assurer la sécurité et la paix dans le pays et dans le monde”, a-t-il estimé.

Il sied d’indiquer qu’à la fin de son mot, le Président de l’UPC, Thomas Lubanga, a rendu hommage à la vaillance des éléments des Forces Armées de la RDC et à la Police Nationale Congolaise, en dépit de la situation sécuritaire dégradante de l’Ituri.

Source : Politico.cd | Hervé Pedro

Articles Liés…

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *