0 Items

RDC : pour Adolphe Muzito, l’accord sur la mine de cobalt avec la Chine était une “injustice”, le pays n’a rien obtenu

Written by APM Team

mars 8, 2022

L’ancien Premier Ministre et Cadre de la Coalition Lamuka , Adolphe Muzito, s’est exprimé au sujet du contrat signé entre le gouvernement congolais et la Secomines.

Pour lui, les congolais se sentent lésés par les méga-accords d’infrastructure contre les minéraux impliquant du cobalt – un élément clé des batteries de véhicules électriques moyennant l’accord de 6 milliards de dollars de Sicomines avec des entreprises chinoises, et la sous-déclaration présumée par China Moly des réserves de la mine géante de Tenke.

En effet, alors que une bonne partie des pays du monde recourt à la République Démocratique du Congo pour électrifier ses voitures grâce à l’approvisionnement en cobalt – un composant essentiel des batteries de véhicules électriques, mais sa population n’arrive pas toujours à se retrouver grâce à ses minerais.

Quelques années après son accession à la magistrature suprême, le Chef de l’État Félix Tshisekedi Le président Félix Tshisekedi avait fustigé ces accords signés avec sous l’administration de Joseph Kabila Kabange et n’a jamais caché son envie de les renégocier au profit de l’intérêt de la population congolaise.

“Le partenariat entre la RDC et la Chine… mon pays n’a rien retiré de l’accord Sino Congolaise des Mines (Sicomines)”, a déclaré à la presse Adolphe Muzito à propos de l’accord de 6 milliards de dollars américains sur les infrastructures contre les minéraux signé par le gouvernement Kabila avec des investisseurs chinois en 2008.

Pour Adolphe Muzito s’exprimant au Post, l’entrée de la Chine en RDC avait comblé un vide laissé par les Occidentaux, “bien qu’ils soient historiquement et géopolitiquement plus proches de nous. La nature n’aime pas le vide.” La chose la plus importante, a-t-il dit, était que la RDC obtienne les avantages qu’elle méritait d’autant plus que les infrastructures de la République Démocratique du Congo sont tombées en ruines avec les différents régimes qui se sont succédés. 

D’après l’accord de 6 milliards de dollars américains, la Chine devait utiliser 3 milliards de dollars américains pour investir dans l’industrie minière et investir le reste dans les infrastructures. Cependant, les entreprises chinoises ont commencé à exploiter les minerais avant même que les 3 milliards de dollars américains qui devaient être consacrés à la construction d’infrastructures en RDC aient été déboursés, selon Muzito.

“Seuls 800 millions de dollars ont été décaissés, mais toujours aucune infrastructure en vue. C’est une injustice », a-t-il déclaré à Bruxelles la semaine dernière.

La RDC contrôle plus de 60% des réserves mondiales de minerai de cobalt, qui est principalement exporté vers la Chine pour être transformé en batteries pour voitures électriques, armes, machines et appareils électroniques.

Muzito a déclaré qu’alors que la RDC s’apprêtait à revoir les contrats miniers, il était important d’assurer une renégociation juridiquement juste et transparente “pour trouver une solution équitable qui préserve les droits des investisseurs et du peuple congolais”.

Une enquête récente menée par un consortium mondial de publications médiatiques et d’ONG a révélé comment les propriétaires chinois de certaines des mines de cuivre et de cobalt les plus prisées du Congo ont utilisé l’une des plus grandes banques d’Afrique pour acheminer au moins 138 millions de dollars de fonds publics vers la famille et les associés de Kabila, selon Bloomberg. La RDC est également sous la pression du FMI pour “nettoyer les accords miniers déséquilibrés accordés aux entreprises étrangères” comme condition préalable à une nouvelle ligne de crédit de 1,5 milliard de dollars.

Cependant, alors que Kinshasa soutient qu’elle n’a pas beaucoup profité de l’arrangement Sicomines, la Chine affirme avoir construit plusieurs projets dans ce pays d’Afrique centrale malgré les obstacles, notamment le manque d’énergie pour développer les mines.

Parmi les autres sociétés chinoises opérant en RDC figurent Huayou Cobalt, Chengtun Mining, Wanbao et CNMC, ou China Nonferrous Metal Mining Corp. Les États-Unis avaient auparavant des intérêts miniers substantiels dans le pays. Freeport-McMoRan a exploité le projet TFM avant de vendre sa participation de 56% à China Moly en 2015, suivi de l’accord sur le projet cuivre-cobalt de Kisanfu l’année dernière. China Moly a porté sa participation dans TFM à 80% en 2019.

Mais la rivalité des grandes puissances sur les richesses minérales de la RDC pourrait ne pas profiter au pays, a déclaré Muzito. “Quand deux éléphants se battent, l’herbe souffre. Nous ne voulons pas que la RDC soit l’herbe qui souffre.

«Nous, nous-mêmes, devons être organisés», a-t-il déclaré. «Nous devons établir nos ressources avant de les mettre sur le marché capitaliste – qu’il soit occidental ou oriental, ce n’est pas ce qui compte. Ce qui compte, c’est que nous obtenions nos avantages mérités dans cet équilibre des pouvoirs.

L’année dernière, le ministère chinois des Affaires étrangères a défendu l’accord, affirmant que le modèle avait non seulement augmenté les recettes fiscales et créé plus d’emplois en RDC, mais avait également fourni des investissements dans des projets d’infrastructure tels que des routes, des hôpitaux et des centrales hydroélectriques.

L’affaire Sicomines n’est pas le seul projet sous un nuage. Le géant minier China Molybdenum a subi la semaine dernière un revers majeur après qu’un tribunal congolais lui a temporairement suspendu l’exploitation de la mine de cobalt et de cuivre de Tenke Fungurume, dans laquelle il détient une participation majoritaire.

Un tiers administrateur serait nommé pour six mois, a déclaré un tribunal de commerce de Lubumbashi dans une affaire déposée par la société minière publique congolaise Gécamines, qui détient 20% du projet.

Les problèmes de China Moly, le deuxième producteur mondial de cobalt, sont apparus deux semaines seulement après que son PDG Sun Ruiwen et le président de la RDC Tshisekedi se sont engagés dans un appel vidéo, où ils ont discuté d’un plan de création d’une chaîne d’approvisionnement pour les « nouveaux métaux énergétiques ».

Ils s’étaient rencontrés plus tôt en décembre à Kinshasa, où le président avait indiqué que “l’expansion de TFM [Tenke Fungurume Mining] et le développement de la mine de cuivre et de cobalt de Kisanfu sont les principaux projets d’intérêt national en RDC”.

China Moly a acquis une participation de 95 % dans la mine de cuivre-cobalt de Kisanfu auprès de la société américaine Freeport-McMoRan en décembre 2020 pour 550 millions de dollars.

Le gouvernement congolais – par l’intermédiaire de la Gécamines – accuse China Moly de ne pas avoir déclaré des milliers de tonnes de réserves de cuivre et de cobalt sur le site de Tenke, une décision qui aurait refusé à Kinshasa des redevances indispensables.

Cela survient après que Kinshasa a formé une commission en août pour enquêter sur les réserves du projet TFM, qui, selon elle, aiderait à déterminer la véritable valeur de la participation du gouvernement à travers la Gécamines.

Selon Benchmark Mineral Intelligence, Tenke est le deuxième producteur de cobalt en RDC après l’anglo-suisse Glencore et représentait environ 10% de l’approvisionnement mondial l’année dernière.

L’action en justice intervient à un moment où la chaîne d’approvisionnement en cobalt est déjà sous pression en raison de la forte demande du secteur des batteries, aggravée par les problèmes logistiques liés à Covid-19, selon Benchmark. Il a noté que China Moly avait prévu de produire entre 17 500 tonnes et 20 500 tonnes de cobalt cette année, contre 18 500 tonnes en 2021.

“Cette chaîne d’approvisionnement est déjà sous tension car la demande de cobalt est assez bonne”, a déclaré Caspar Rawles, responsable des données chez Benchmark. “Si la décision du tribunal entrave la fluidité des exportations de matériaux, cela exacerbera les prix élevés sur plusieurs années.”

Source: Actualite.cd

Articles Liés…

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.